Accueil  >  CITE SCOLAIRE > 1914-1918 : Les Allemands et les Français dans la même galère

Rubrique L'ECOLE DU NUMERIQUE

1914-1918 : Les Allemands et les Français dans la même galère

Le 16 février 2015 - Proviseur

Des élèves d’une classe française, les Secondes germanistes du Lycée du Parc des Chaumes, et d’une classe allemande de Schermbeck, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie en Allemagne, se sont réunis sur internet pour un projet collaboratif : vous présenter l’époque de la Grande Guerre dans ces deux pays respectifs.

Nous avons ainsi pu constater que les conditions de vie dans les tranchées et en ville étaient identiques pour les allemands et les français. Nous avons pu retenir que cette guerre a fait de nombreux morts, autant dans le camp français que dans le camp allemand, un très grand nombre d’hommes a été mobilisé et de nouvelles armes, plus dangereuses les unes que les autres, ont été utilisées. Les conditions de vie dans les tranchées étaient très dures. Mais aussi une anecdote positive est partagée par les deux pays ; une trêve eut lieu du 24 au 25 décembre, pour Noël. Les soldats des deux camps ennemis célébrèrent alors cette fête en buvant de la bière, en chantant, en jouant au football,... Malheureusement, elle reprit une fois Noël passé et ces hommes, devenus camarades l’espace d’une nuit, durent de nouveau s’entretuer.

A l’arrière, il restait très peu d’hommes, tous ceux étant capables de se battre ayant été mobilisés, les civils restants devaient donc se débrouiller avec beaucoup moins de moyens. Et c’est pour cela que les femmes se mirent à travailler en tant que munitionnettes pour produire les armes, dans les champs pour cultiver à la place de leur mari ou encore en tant qu’infirmières pour soigner les soldats blessés ou comme marraines de guerre, pour les soldats ne recevant aucun courrier et aucun présent. Elles jouèrent donc un rôle essentiel durant cette guerre.
La poste a également été importante pour les soldats, elle arrivait à faire parvenir des lettres et des paquets venant des familles aux soldats et permettait ainsi un échange qui remontait le moral des soldats et leur donnait l’espoir de les revoir un jour. Avec nos camarades allemands, nous nous sommes montrés des cartes postales allemandes et françaises de cette époque.

Pour terminer, nous avons comparé la vie des adolescents de 1914 à celle des adolescents d’aujourd’hui, cent ans plus tard, et nous nous sommes aperçu que la plus grande différence est une jeunesse marquée par la paix, par la mobilité, par la possibilité d’apprendre sans se soucier de la guerre, de la faim etc., puis bien sûr aussi l’apparition de nombreux progrès techniques qui a énormément changé notre société. Notre travail collaboratif est le fruit de ces deux avantages dont nous profitons aujourd’hui.

Nous remercions les élèves de Gesamtschule Schermbeck pour leur travail et pour cette coopération qui nous a appris tout ceci. Ce projet a été très enrichissant pour les deux classes malgré, au début, quelques difficultés de compréhension pour les français. On a pu découvrir un autre angle de la première guerre mondiale qu’on n’étudie pas en histoire. Ainsi les Allemands ont découvert le concept des marraines de guerre qui n’existe pas ainsi chez eux.
Nous espérons gagner un prix avec notre contribution au concours historique EUSTORY de la fondation Körber, notre site crée lors de cette coopération bi-nationale :

http://de.padlet.com/MmeHerrmann/lwx3mu0n5nsm

Bonne découverte !

Guillemette, Aurélien, Sarah, Maryne

Galerie

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017


Services en ligne

Restez informé